La COVID-19 et la mobilité

avril 6, 2020
Guide : Réallouer l’espace de rue dans le contexte de la COVID-19

L’épidémie de COVID-19 a eu un impact sur pratiquement tous les aspects de la vie quotidienne dans les villes, notamment sur l’accès aux services essentiels et le maintien de la santé physique et mentale en période de distanciation physique.

La gestion de l’espace urbain est essentielle pour assurer les déplacements sécuritaires du public, alors que les villes autorisent la reprise de certaines activités dans un contexte de préoccupations persistantes. Cela implique de « réallouer l’espace de rue » pour permettre aux piétons, aux cyclistes, aux planchistes et aux patineurs à roues alignées de circuler en toute sécurité à côté des voitures et des véhicules de transport collectif. Il s’agit aussi de pouvoir utiliser les transports collectifs, faire de l’exercice et faire des achats tout en respectant les consignes de distanciation physique.

Ces impacts ne sont pas ressentis de la même manière. La pandémie a particulièrement augmenté le fardeau des femmes et des gens à faibles revenus, qui dépendent de manière disproportionnée des transports collectifs, de la marche et du vélo pour se déplacer.

La FCM et le Projet urbain ont réuni des dirigeants municipaux et des leaders d’opinion de tout le Canada pour examiner les principales leçons tirées des premières semaines de la crise de la COVID-19, les solutions mobilisant les réseaux de transport actif, et les stratégies de communication visant à faire savoir aux résidents qu’il existe des options de mobilité sécuritaire. Ces experts ont subséquemment élaboré un guide de réallocation de l’espace de rue pour aider les collectivités à reprendre leurs activités en toute sécurité.

Le guide Réallouer l’espace de rue dans le contexte de la COVID-19 est destiné aux décideurs et aux spécialistes. S’appuyant sur des études de cas provenant du monde entier, il propose des stratégies et des conseils pratiques sur la réallocation de l’espace de rue dans le contexte de la COVID-19, en trois phases d’intervention allant de l’immédiat au long terme, qui impliquent notamment l’aménagement de voies piétonnes et cyclables, de zones d’attente en bordure des trottoirs, et de terrasses et placottoirs temporaires.

Il s’agit d’une occasion unique de réaliser des projets à valeur transformatrice. Des mesures temporaires peuvent être mises en œuvre rapidement pour combler des lacunes de longue date. Ces mesures pourront démontrer leur utilité, soutenir les propositions d’installations permanentes et jeter les bases de villes où il est plus agréable de marcher, de se déplacer et de vivre, partout au Canada.

Téléchargez le guide
Réallouer l’espace de rue dans le contexte de la COVID-19

Réunion du Projet urbain : éléments à retenir

réunion Zoom

L’épidémie de COVID-19 a provoqué une crise de santé publique urgente qui a eu un impact sur pratiquement tous les aspects de la vie quotidienne dans les villes, notamment sur l’accès aux services essentiels et le maintien de la santé physique et mentale en période de distanciation physique.

Depuis le début de la pandémie, les villes ont pris des mesures pour créer des espaces permettant aux collectivités de faire de l’exercice et de prendre de l’air frais, tout en respectant les consignes en matière de distanciation physique, notamment en bloquant certaines rues à la circulation automobile, en élargissant les trottoirs pour permettre aux résidents de se croiser en toute sécurité et en prolongeant les réseaux cyclables pour combler les lacunes existantes.

Sur le plan de la mobilité, le transport collectif constitue également une part importante de l’équation. Les réseaux de transport collectif doivent offrir un mode de transport sûr et fiable aux travailleurs essentiels, ce qui implique à la fois une certaine souplesse de la part des exploitants municipaux et un soutien considérable de la part des autres ordres de gouvernement pour soutenir ces réseaux au moment où ils subissent des pertes de revenus sans précédent.

Alors que de nombreuses villes ont immédiatement examiné la possibilité de fermer des rues ou de prendre d’autres mesures pour assurer le déplacement sécuritaire des travailleurs essentiels, certaines craignent que ces mesures aillent à l’encontre des objectifs de santé publique.

D’autres défis liés à cette crise ont également été abordés. Tout d’abord, la réduction de la circulation automobile a entraîné une augmentation des excès de vitesse. Deuxièmement, la manière dont les rues sont conçues et utilisées pose un problème d’équité important, puisque les collectivités densément peuplées et les quartiers où les résidents n’ont majoritairement pas les moyens de recourir aux transports privés sont touchés de manière disproportionnée.

Possibilités

  • Il y a un intérêt commun à partager et à rendre accessibles des ressources pertinentes permettant aux villes d’évaluer diverses possibilités et de mettre en œuvre des changements, notamment en utilisant le Projet urbain comme plateforme.
  • Les villes ont besoin de conseils et de meilleurs outils pour recueillir des données, car leur capacité à déterminer si les citoyens respectent la distanciation physique est limitée. Il serait utile de mesurer le succès de chacune de ces initiatives afin de mieux comprendre les résultats obtenus et de planifier la mise en œuvre future d’autres mesures (p. ex. la manière dont les gens utilisent l’espace à la suite des changements).